« Comment en étions-nous venues avec Michela à cette solution saugrenue de retaper une maison dans l’extrême-sud de l’Italie ? ». Jacques le Français et Michela l’Italienne sont amoureux des Pouilles. Les hôtels, les plages et les gens les ennuient, autant dire qu’ils sont inadaptés au tourisme moderne.

Commence une longue errance à la recherche d’une maison . De Tarente à Leuca en passant par Lecce et Otrante (l’occasion de rappeler le martyre des défenseurs de la ville contre les Turcs), le couple cherche sans trouver, se dispute et n’a de toutes façons pas les moyens d’acheter une belle villa. On n’est pas universitaires pour rien.

Mais Michela a hérité de son père un ancien petit couvent, partiellement occupé, et en piteux état. Pourquoi pas après tout ? Michela y a passé son enfance, elle connait du monde au village, donnée incontournable dans les Pouilles, et il n’y aura pas de touristes.

Jacques, spécialiste de la mafia, s’inquiète : a-t-elle vraiment disparu du Salento, ce sud du sud, où elle fut si puissante ? Tout le monde le rassure : non c’è problema.

Avec un humour fin et décalé, Jacques de Saint Victor, journaliste et écrivain voyageur, nous propose une charmante promenade dans les Pouilles. Son érudition italienne est impressionnante et tout amoureux de ce pays sans pareil suivra ses pas avec grand plaisir.

Michela est une insupportable féministe et l’on admire la patience du narrateur. Sa distance naturelle lui permet de tout supporter. Et les Pouilles sont si belles.

Tour à tour léger et profond, très traditionnel ou trop moderne, Jacques de Saint Victor ne nous ennuie jamais. D’une écriture sobre et douce, il nous emmène faire un délicieux voyage que l’on ne regrette pas.

Vous pouvez acheter ce livre sur le site Livres en famille :

https://www.livresenfamille.fr/romans-francais-et-etrangers/23376-jacques-de-saint-victor-casa-bianca-roman.html?aff=MTI6MTQ=