Résultat de recherche d'images pour La chute du régime soviétique n’a pas réellement changé le quotidien des habitants de Rybatchi, petit village situé aux confins de la Sibérie, près de la mer d’Okhotsk.

La vie est dure et le climat rude mais il y a l’été,  la taïga et les rivières que les saumons remontent pour frayer. Quand le moment est venu, les hommes partent à la recherche de l’or rouge : les œufs de saumon que les Japonais achètent chers. Ce n’est pas très légal bien sûr mais avec un pourcentage raisonnable, la police locale ferme les yeux.

Son chef, Alexandre Mikhaïlovitch Tikhi, est assez débonnaire. Et il nage dans le bonheur : à presque cinquante ans, il est tombé amoureux de Macha. Elle est jeune et jolie et s’est également éprise de lui, ce qui le surprend, lui si peu gracieux.

Résultat de recherche d'images pour Un incident va remettre en cause ce tranquille rythme des saisons. L’adjoint de Tikhi, Gnigiouk, maladroit et ambitieux, contrôle un peu brutalement le camion de Stepane Kobiakov. Bien sûr qu’il est rempli d’œufs, ce n’est pas une raison pour agir ainsi. Stepane, furieux, met les policiers en joue,  pousse leur véhicule dans le ravin et s’enfuit dans la taïga.

Tikhi aimerait trouver un arrangement mais Gnigiouk alerte la hiérarchie, grossit l’affaire et de redoutables policiers sont attendus pour rechercher Stepane.

Résultat de recherche d'images pour Ce ne sera pas facile : il est parti sur son terrain de chasse, traquer la zibeline, ce petit mammifère à la fourrure convoitée. Il connait la taïga et saura y survivre. Deux autres chasseurs sont dans les parages : Guenka et le riche moscovite Iliya, qui ne peut plus se passer de la beauté des lieux, malgré le danger des ours.

Pendant ce temps, les hommes du Ministère de l’Intérieur arrivent au village depuis Moscou.

Victor Remizov a écrit là son premier roman, à presque soixante ans. Et c’est une belle réussite qui connut un grand succès en Russie. Les paysages sont magnifiquement décrits et les personnages si Russes avec leur humour, leur gentillesse, leur brutalité parfois.

Une belle découverte.

PS – Pour ceux qui achèteraient ce livre en poche 10-18, sachez que le résumé au  dos de l’ouvrage est erroné, qu’il commence par la fin et donne une fausse idée du roman. On peut même se demander si l’auteur de ces mauvaises lignes a lu le livre.

Résultat de recherche d'images pour