Résultat de recherche d'images pour Un jeune homme emménage dans son nouvel appartement, à Minsk. Sur la porte, une croix rouge. Il la nettoie et fait la connaissance de sa voisine de pallier. Une très vieille dame, qui s’excuse : c’est elle qui a tracé la croix car elle a la maladie d’Alzheimer et ne veut pas se perdre dans son immeuble.

Enjouée, avenante, elle veut absolument raconter sa vie avant de l’oublier. Alexandre ne veut pas. Il est épuisé, on le sent à bout. Mais elle parvient à l’entraîner dans son appartement et parle.

Alexandre est hors de lui et veut partir. Mais il ne pourra pas : la vie de Tatiana est exceptionnelle et elle vaut d’être écoutée.

Tout en parlant, elle s’intéresse à la vie de son nouveau voisin. Lui non plus n’a pas eu une vie banale.

Ce dialogue, qui va durer quelques jours, ne sera pas simple : la maladie rend les échanges complexes. Mais ils sont si riches que le jeune homme va jusqu’au bout.

Ce petit roman d’un jeune auteur biélorusse est remarquable et nous le dévorons d’une traite. La tragédie politique s’entrecroise avec la tragédie amoureuse et Sacha Filipenko fait preuve d’une maîtrise littéraire étonnante.

Il faudra suivre le chemin de ce futur grand.

Disponible aux Éditions des Syrtes

Résultat de recherche d'images pour