Résultat de recherche d'images pour "Le Don paisible"Le Don est le fleuve qui arrose le pays cosaque avant de se jeter dans la Mer noire. Il n’a, en réalité, rien de paisible. Il est à l’image du peuple qui vit autour de lui : tumultueux et imprévisible.

Grigori Melekhov en est un digne représentant. Comme tous les cosaques, il est né à cheval, un sabre à la main. Mais il aime aussi la terre, sa terre, qu’il cultive avec passion, entre deux pêches sur les rives du Don et de folles courses à cheval en cette année 1913.

Il est bel homme et tombe amoureux de la jolie voisine, Aksinia. Elle est hélas mariée. Battue également. Alors elle tombe dans les bras du cavalier et ce sera une folle passion. Le scandale est grand dans le village où l’on ne plaisante pas avec la religion. On marie vite le jeune homme avec la douce Natalia mais Grigori aura bien du mal à oublier son premier amour.

La guerre arrive et les cosaques sont mobilisés en masse. Ils ne se sentent pas très russes et leur histoire est parsemée de révoltes contre le pouvoir central. Mais on ne va tout de même pas se laisser envahir par ces Allemands qu’on ne connaît pas.

Les années passent, les courageux cosaques meurent par milliers et, comme tant d’autres, ils en ont assez. Alors beaucoup rentrent chez eux pour ne plus se battre. Ils seront vite rattrapés par la guerre civile.

Résultat de recherche d'images pour "Le Don paisible"

Elle divisera le peuple cosaque. Il y a ceux qui ont des terres et ceux qui n’en n’ont pas. Il y a ceux qui sont déjà dans des unités mutinées et d’autres qui ne veulent pas voir des Russes, communistes de surcroît, occuper leurs terres.

Grigori, redoutable combattant, va devenir officier. Il changera de camp plusieurs fois mais sera avec les blancs lors de la grande insurrection du pays cosaque. Au fond, comme une majorité de son peuple, il n’aime ni les uns ni les autres mais son destin sera lié à cette impitoyable confrontation.

Don fleuve.png

Cette immense fresque (1400 pages chez Omnibus, 4 volumes en Livre de poche) eut un retentissement considérable en Union soviétique. Elle fut lue et aimée avec passion tant par Staline que par Soljenitsyne ! Le Nobel la couronnera dans le tumulte de la polémique autour du véritable auteur qui n’est peut-être pas le communiste Cholokhov mais un écrivain cosaque, Krioukov, qu’il aurait plagié.

Quoi qu’il en soit, le Don paisible est une des grandes œuvres de la littérature russe.

Résultat de recherche d'images pour "mikhaïl cholokhov"